Carnet 05

.
.
Une dizaine de carnets m’ont accompagnée puis 2007. Sur la petite surface de leurs feuilles, mes dessins sont parfois nerveux, et parfois monotones, à l’image de mon état. Ils prennent la forme d’un journal intime. Ils peuvent se mélanger à l’écriture ou à la peinture, ils se font volontiers hybrides. Ces Carnets oscillent entre la planéité et la profondeur, ils scandent un devenir et permettent de suivre l’avancement de mes recherches.
Le dessin marque ma subjectivité, voire mon émerveillement, devant le monde qui m’entoure. Il me permet de donner sens et de structurer mes rapports avec mon entourage.