autant qu’il en pourrait tenir

.

L’aloe vera, plante de milieux arides en régions méditerranéennes, a toujours servi à Kerkennah à délimiter les terrains. Cependant, comme cette plante finit par migrer et par lentement changer de place au fil des ans et des cycles de germinations, elle redonne à la nature ses droits sur la propriété privée et amplifie le rapport d’incertitude qu’observe tout insulaire avec la limite. L’installation de quelques dizaines de ces plantes déclenche un jeu de délimitations de surfaces. « Autant qu’il en pourrait tenir » d’aloe vera sera donc ce qui permettra de délimiter ce nouveau territoire. Ainsi, ces plantes cerneront des territoires changeants en puissance, comme ce fut le cas pour Carthage fondée, elle, sur une peau de bœuf. « Autant qu’il en pourrait tenir » dans une peau de bœuf était en effet la condition contraignante imposée par le roi de Numibie pour accorder une portion de terre à Didon, princesse de Tyr. Cette légende de la création de Carthage nous renvoie ainsi vers cet aspect changeant et imprévisible du territoire.