Champ de vision

.
Le champ ici renvoie au sens concret (agricole), puisqu‘il s’agit d’un champ d’œil-fleur qui s’étend sur une partie de la pelouse de la CUIP. Des yeux plantés dans la terre comme des tournesols aux tiges bien longues atteignant les deux mètres de hauteur. Les « Œil-fleurs » sont toujours ouverts, ils veillent et surveillent. Ils donnent aux spectateurs le sentiment d’être constamment regardés de tous les angles dans une surexposition aux regards qui met tout à découvert. Quiconque traverserait ce bout de terrain serait immédiatement repéré. Dans un jeu d’angles et d’échelles, cette installation nous fait redécouvrir et vivre le réel sous un nouvel angle de vue…
Ce que je propose à travers ce travail n’est pas très loin de la réalité comme elle est vécue dans les grandes métropoles aujourd’hui : dans les places publiques, dans les grandes gares et sur les quais, nous savons que nous sommes filmés, surveillés, poursuivis par des yeux mécaniques de toute part. Visiter « Champs de vision » ne révèle pas une situation étrange, ou surréaliste, tout au contraire, ça ne fait que décrire un vécu quotidien. Nous sommes toujours dans un champ de vision, propice à une surveillance.

.

The field literally refers to (the agriculture).Since it is a field of “eye-flowers” that extend over a part of the lawn of the CUIP in France. Eyes are planted in the earth like sunflowers with long stems, up to two meters in height. The « eye-flowers » are always open, they watch and watch. They give viewers the feeling of being constantly watched out from all angles in an overexposure. Anyone crossing this piece of land would be immediately spotted. In a game of angles and scales, this installation makes us rediscover and experience reality under a new point of view…
What I propose through this work is not very far from the reality as it is lived in the big metropolises today: in the public places, in the big railway stations and on the quays, we already know that we are filmed, watched, pursued by mechanical eyes from all sides. Visiting « Fields of vision ». does not reveal a strange or surreal situation. on the contrary, it only describes a daily experience. We are always in a field of vision, ready for surveillance.