TEXTS

 

تلاقي الضفّتين »: مجرّد أمنية

باريس – شوقي بن حسن

17 يونيو 2017

إذا قلبنا أشهر الخرائط التي نعرفها، هل يمكننا أن نتعرف عليها بسهولة؟ من خلال التجربة، يبدو ذلك صعباً، وهو ما تجلّى خلال المعرض الجماعي « تلاقي الضفتين » الذي يقام حالياً في مدينة إيركي جنوب فرنسا، ويتواصل حتى 19 من الشهر الجاري، بعد أن كان الجزء الأول منه قد نظّم في سوسة التونسية بداية العام الجاري، وفيه نجد أعمالاً لفنانين من بلدان مختلفة مثل سانغ سوبي أوم من اليابان وكريستينا دياس دي ماغالايس من لوكسمبورغ ولورا سانشيز فيلومينو من البيرو، كما نجد ضمنه أسماء تونسية مثل عبد السلام عياد وفاتن شوبة صخيري وسليمان الكامل وثامر الماجري وآمنة غزيّل وسعاد ماني وهالة لمين ونبيل صوابي ونادية زواري وصاحب « الخريطة » المقلوبة وسام العابد.

في هذا العمل، يعود التشكيلي التونسي إلى طريقة وضع الخرائط في العصور القديمة، حين كانت تصمّم داخل قرص ضمن التصوّر بأن الأرض مبسوطة ونهائية (لهذا الجانب رمزية ذات نزعة نقدية في ثيمة المعرض) كما يقترح العابد على زائر المعرض عدستين بحيث أنه إذا نظر فيهما انقلبت الصورة رأساً على عقب وتبيّن بسهولة خريطة مألوفة لديه: حوض البحر الأبيض المتوسط الذي ينتقل المعرض بين « ضفّتيه ».

يشرف على المعرض كل من التشكيليّتين؛ التونسية نجاح زربوط والفرنسية نتالي ريمون. الثانية يمكن اعتبار أن المعرض ذو بعد تكريمي لها باعتبار أن ما يربط بين الفنانين المشاركين هو كون ريمون أشرفت على بحوث أكاديمية لهم، علماً أن فكرة المعرض من أساسها تقوم على اقتراح أعمال لفنانين يجمعون بين صفتي: المبدع والباحث، وهي خاصية لها انعكاسها في المعرض باعتبار أن كل عمل نجد معه قراءة تحليلية وضعها الفنان مظهراً البنية الفكرية لعمله وتطوّرات اشتغاله عليه.

قد لا يكون معرضٌ ما أكثر من محتوياته الفنية التي يقترحها على زائره، غير أن « تلاقي الضفتين » يحمل إلى جانبه عوالم موازية إذا استعرنا هذه العبارة من السرديات. أوّل هذه العوالم مفارقةٌ برزت خلال يوم افتتاحه وهي غياب معظم المشاركين التونسيين. مفارقة تظهر حين نعود إلى عنوان يتحدّث عن تلاقي الضفتين، في حين أن فناني الضفتين لم يلتقوا خلال افتتاحه، لأسباب معروفة متعلقة بتعقيدات إجرائية ومادية مختلفة.

مفارقة أخرى يضيئها المعرض تتمثل في ما كشفته منسّقته نجاح زربوط في حديث إلى « العربي الجديد » وهي تعقيدات تتعلّق بتنقّل الأعمال أيضاً، حيث أنها قامت بمفردها بنقل المشاركات التونسية من بلدها نحو فرنسا من خلال نزع كوادرها ووضعها في حقائبها الخاصة. هذه الوضعية فرضها وجود قانون في تونس يعتبر أن الأعمال الفنية المنجزة هي جزء من التراث الوطني لا يمكن نقلها خارج البلاد إلا من خلال إجراءات تتدخل فيها وزارة الثقافة والمشرفون على الغاليريهات.

تقول الفنانة التونسية بشيء من المزاح: « من حسن الحظ أن ثمة تشدّداً أقل في التفتيش حيال الأعمال الفنية مقارنة مع أغراض أخرى » ضاربة مثال أحد المسافرين معها الذي تفطّن المراقبون بأنه يحمل عدداً زائداً من علب السجائر. لكنها تشير إلى أن هذه الوضعية اعتبرها المشاركون حكاية حافة بالمعرض لها تحدّياتها، حيث تسافر أعمالهم في حقائب « بين ضفّتين ».

هذه الوضعية فرضت تغيّرات بين معرضي مدينتي سوسة وإيركي، حيث أن أعمال الفنانين التونسيين المشاركة باتت تحت إكراهات أن تكون في أحجام تناسب حجم الحقائب، ما فرض استبدال بعضها.

بالإضافة إلى ذلك تشير زربوط إلى أن أي معرض حين ينتقل من فضاء إلى آخر يعرف تغيّرات عميقة، فكل مكان تفرض خصائصه تفاعلات جديدة بين الأعمال، خصوصاً أن « غاليري البيرو » الذي عُرضت فيه الأعمال في سوسة كان عبارة عن قاعة فسيحة، فيما توزّعت الأعمال في إيركي بين ثلاث قاعات.

 

تلاقي الضفتين »: عوالم الفنان الباحث

تونس – العربي الجديد

26 فبراير 2017

 

في غاليري « البيرو » في مدينة سوسة التونسية، تجتمع منذ أوّل أمس أعمال 19 فناناً من جنسيات مختلفة. أمام هذا التنوّع في المناخات، وكذلك في الأساليب والخامات، قد يصعب التقاط خيط ناظم في معرض « تلاقي الضفتين »، غير أنه توجد أكثر من نقطة تلتقي فيها الأعمال وعوالمها.

أوّل ما يلفت في أسماء المشاركين هو كونهم باحثين أكاديميين، وهو ما قد يعطي نفساً خاصاً للمعرض. تقول منسّقته، الفنانة التشكيلية التونسية نجاح زربوط، في حديث إلى « العربي الجديد »: « فكرة المعرض هو لقاء بين فنانين تربطهم علاقات صداقة وزمالة دراسية سابقة »، مشيرة هنا إلى المنسقة الثانية للمعرض، الفرنسية نتالي ريمون، والتي أشرفت على بحوث معظم الفنانين المشاركين.

كما تشير أن المعرض الحالي يمكن اعتباره امتداداً لمعرض سنوي كانت تشرف عليه ريمون منذ 2002. وعن اختيار الأسماء المشاركة، تقول « إضافة إلى ما أشرت إليه سابقاً، حصرنا الاختيار في أسماء بدأت بجدية مسيرة فنان ».

إضافة إلى الجانب الفني، فالمشاركون هم باحثون، فهل يمثل ذلك إضافة؟ ترى الفنانة التونسية أنه يمكن الإجابة على هذا السؤال بصفة عامة، فـ « العمل البحثي والتنظيري ليس بالضرورة مفيداً للعمل الفني ». تذكر هنا « تجربة بيكاسو الذي كان يفكّر من خلال العمل التشكيلي نفسه، أما الباحث فهو فنان صار يكتب ويوثّق إلى جانب اشتغاله العمل الفني، وبالتالي فإن ذلك لا يمثّل سوى عملية موازية لا تمس بالمنتج الفني وقيمته ».

مع تنوّع التجارب المشاركة وتعدّدها، قد نتساءل كيف يمكن خلق هارمونية في فضاء المعرض، ما يضع على كاهل المنسّق مسؤولية خاصة. تؤكّد منسّقة « تلاقي الضفتين » على ذلك، معتبرة أن دورها مع ريمون كان إيجاد خط يصل بين كل الأعمال، والتي لكل واحد منها عوالمه الخاصة، بحيث يجري ترتيبها وعرضها دون أن تتضارب ». بعبارة أخرى تقول « نحاول أن تتداخل الأكوان الفنية دون أن تتنافر »، وهي صعوبة تقرّها في المعارض الجماعية وضرورة خلق حوار بين أعمال المشاركين.

يتواصل المعرض حتى الثامن من الشهر المقبل، وستكون له محطّة ثانية في مدينة إيركي الفرنسية في حزيران/ يونيو المقبل. الفنانون المشاركون في المعرض، هم شون يي شانغ من تايوان، وكريستينا دياس دي ماغالايس من لوكسمبورغ، وجولي دودراين ومونيك حاسباني فيلار ونتالي ريمون وإليونور جوسو من فرنسا، ولورا سانشيز فيلومينو من البيرو، وسانغ سوبي أوم من اليابان، فيما يشارك من تونس كل من هالة لمين وعبد السلام عياد وفاتن شوبة صخيري ووسام العابد وسليمان الكامل وآمنة غزيّل وسعاد ماني وثامر ماجري ونبيل صوابي ونادية زواري ونجاح زربوط.

Portrait de Najah Zarbout par Emilie Bouvard

Inquiétantes merveilles Par Emilie Bouvard

www.portraits-lagalerie.fr/portaits/najahzarbout/

 

Portraits a découvert Najah Zarbout à la galerie Itinérrances, rue Goscinny, au printemps 2007. Cette exposition montrait à la fois de grands dessins à l’encre de Chine sur toile représentant des femmes d’une façon royale, comme en majesté.

L’œil est alors frappé par la richesse de leur maintient, et par le tracé de leur luxuriante chevelure qui cascade sur leur dos et leurs épaules. Ces femmes se tiennent face au spectateur, le regard fier. Un trône, chaise de bois traditionnelle ouvrée portant sur son dossier une de ces images apparaît comme leur accessoire nécessaire. 

Pour cette exposition, Najah Zarbout a aussi réalisé des sculptures, d’immenses yeuxfleurs, ou de plus petits plantés dans une jardinière, noirs, qui regardent le spectateur, avec plus ou moins d’aménité. La matière cheveux et les yeux se réunissaient dans une grande œuvre mêlant le motif des yeux et celui des cheveux, et évoquant une matière végétale, comme un rhizome, mais douée de vision.

Ainsi la femme au jardin, la rencontre topique de la femme et du jardin, le jardin clos qui protège la femme du roman chrétien médiéval ou de la poésie persane, la femme devenue jardin des délices dans ces diverses traditions littéraires, prend chez Najah Zarbout d’inquiétantes résonnances. Les yeux sont ambigus. Ils regardent et ils surveillent. Ils semblent venir d’un conte de fée où les fleurs seraient douées de conscience mais d’une conscience concentrée sur une activité de surveillance – les yeux de Najah Zarbout évoquent peutêtre davantage des caméras à la présence noire proliférante que d’aimables fleurs enchantées. 

La clef de cet ensemble est donnée selon l’artiste par Alice au pays des merveilles et De l’autre côté du miroir de Lewis Carroll – source du motif des fleurs. Najah Zarbout fait de cette œuvre une importante source d’inspiration de son travail. Les raisons en sont multiples : le personnage d’Alice, jeune fille curieuse devenant femme et multipliant les transgressions par rapport à une société victorienne étouffante, mais aussi en parallèle dans le monde imaginaire, est une figure à laquelle l’artiste tend à s’identifier.

De plus, Lewis Caroll a une pratique d’inventivité verbale particulière qui se situe sur deux plans. D’un point de vue narratif, en romancier, il construit un monde imaginaire absurde mais paraissant vraisemblable au lecteur, et y développe une histoire – cet aspect narratif est très présent dans le travail de Najah Zarbout.

Lors d’une exposition récente à la MIE, elle a présenté une Chambre désinfectée. Celleci, pièce close à la lumière violette évoque un laboratoire high-tech de conte de fée du 21ème siècle. Des yeux-fleurs sont collés au mur et, au centre, une étagère présente les différentes étapes de la fabrication d’un œilfleur à l’éclosion et aux premiers soins, en passant par l’insémination d’un œuf en plastique avec du gel à l’intérieur, et sa mise en couveuse. On se trouve ici au cœur de ce qui fait l’intérêt de son travail : l’aspect féérique – œufs brillants, fantasmagorie des outils pour les soins (mascara…) – entre vite en concurrence, et sans que cette tension ne se résolve, avec d’autres connotations : un univers médical manipulant, une vague suggestion des difficultés d’une insémination artificielle, thème qui croise celui de la condition féminine en général, et toujours, cette idée de surveillance.

Lewis Carroll pratique aussi l’invention de mots, ce qui dans un texte apparaît comme un baptême démiurgique créant de nouvelles réalités – on pense à La chasse aux Snarks. Cette poïesis, cette fabrication, reposant sur une manipulation du langage et créant des êtres chimériques, joue beaucoup dans le travail de Zarbout. Par exemple, l’installation réalisée en 2007 dans le parc de la Cité Universitaire comporte d’une part un Champ de vision, plantation d’yeux mais dont le champ de vision ne laisse aucune zone où se cacher, ainsi qu’une boîte gigantesque à l’allure d’innocent cadeau appelé C. S. : Cadeau Schtroumpf, drôle et amusant, mais aussi Colis Suspect, objet terrifiant.

Une terreur contemporaine est transposée dans un univers merveilleux, dans un mouvement de translation et provoque l’interrogation et le malaise, en partie parce que le propos de l’artiste n’est pas posé et qu’elle nous laisse face à cette peur. Un immense œil-Cyclope collé contre un mur en arcade du hall de la Cité U, et comportant en son centre une silhouette noire que le spectateur, nouveau Caïn, croit être la sienne va ainsi jusqu’à suggérer que cette expérience d’être surveillé sans cesse, silhouettes devenues objets sur les films des caméras, a quelque chose de mortifère.

Le thème de l’œil a ainsi un sens général qui renvoie aux frayeurs de notre société, principalement occidentales d’ailleurs. Artiste tunisienne vivant en France depuis cinq ans, Najah Zarbout associe à ses yeuxfleurs l’abondance des caméras dans les couloirs du métro parisien, ainsi que le fait qu’elle soit aussi parfois regardée comme suspecte. Mais, elle évoque aussi une culture tunisienne où elle a grandi dans laquelle l’œil et le regard sont particulièrement connotés, qu’il s’agisse du mauvais œil, arme perçue d’ailleurs comme plutôt féminine, ou de l’attention portée au comportement visible et public des femmes par exemple. Les yeux-fleurs thématisent généralement le regard comme regard orienté, « regard de », intentionnel. Ainsi, dans ses installations, la Fleur-œil pourtant féminine semble surveiller les figures de femmes désirantes, comme ces princesses que l’on évoquait plus haut, ou désirées. Najah Zarbout a ainsi réalisé de très belles encres sur toile figurant des écheveaux sensuels de cheveux qui évoquent certains dessins à l’encre de Louise Bourgeois où l’on retrouve une qualité organique du cheveu.

Dans cette matière voluptueuse et libre, on trouve aussi parfois de petits yeux-fleurs : ornements apprivoisés symboles de liberté ou signe que la femme a intégré cette surveillance qui porte particulièrement sur son sexe ?

Une vidéo, Elles, qui n’est pas sans rappeler certaines vidéos d’Abdel Abdessemed, Passé simple (1997) ou Chrysalide, çà tient à trois fils (1999), montre Zarbout accumuler différents vêtements sur elle, puis les enlever jusqu’à être vêtue d’un débardeur. Elle suggère ainsi que son identité ne tient pas qu’à un fil.

Ainsi, on retrouve Alice. Le livre de Lewis Carroll est plein d’allusions à la sexualité dans un cadre absurde et drolatique. Le travail qu’effectue Zarbout sur la condition féminine évoque un trouble dans le désir, et l’Histoire de l’œil de Bataille qu’elle connaît très bien. Les yeux-fleurs ont aussi des yeuxsexes : « l’œil, la « friandise cannibale » d’après Bataille reste la source et l’objet d’un plaisir mêlé à l’inquiétude », lit-on sur son blog. Le monde merveilleux nous place d’emblée dans un registre qui n’est pas spécifiquement sociétal ou économique du type « Condition de la femme musulmane » ou « Féminisme occidental ». Le monde féérique dit d’emblée que l’expérience de l’artiste dans ces deux champs est translatée dans ce monde merveilleux c’est-à-dire archaïque, fantasmatique, ambigu et multivoque. Il est question généralement dans le travail de Najah du rapport de la femme comme être procréant à son propre désir, désir sexuel, désir de liberté, et à sa place face aux autres perçus comme un ensemble de regards intériorisés. Une très belle série récente de petits dessins à l’encre, exposée à la MIE au printemps 2008, s’apparente à un journal intime rédigé et dessiné dans le métro. Les textes accompagnent des images de femmes souffrant ou enceintes, et l’on y retrouve l’inspiration biologique, de sciences naturelles, et racontent d’étranges petites histoires. Le métro est en effet pour Zarbout une sorte de concentré contrasté de la société.

Aujourd’hui, Najah Zarbout travaille à des « boîtes », « parce qu’[elle] se sent comme dans une boîte », « parce que la boîte, c’est [elle] » . La poursuite du travail sur le thème de l’enfermement l’amène à essayer différentes échelles et à expérimenter de nouvelles solutions de sculptures et d’installations.

 

Le Monde – 26 septembre 2010 – Philippe Dagen Portraits, Galerie Jeune création

« Portraits » est le nom d’un collectif de jeunes historiennes d’art et du site internet qu’ils ont créé (Portraits-lagalerie.fr). Ils y publient des portraits-évidemment- de jeunes artistes au fil de leurs rencontres. De là à les exposer, le passage était tentant. Ils l’ont réussi, en investissant un espace plutôt réduit dans lequel ils accueillent une trentaine d’artistes. On suppose que le petit format était exigé pour être admis. Entre dessins, peintures, photos, objets et vidéos. Cela fait un accrochage dense, mais pas trop, avec les noms des auteurs juste écrits au crayon sur le mur. Le plaisir de la découverte est à l’état pur. On ne connaissait pas encore Henriette Grahnert, dont la boite aux miroirs et aux petits tas de pigments et un délice. Ni Najah Zarbout, fort à l’aise dans l’accumulation du dessin et de l’écriture. On est un peu moins surpris, car ce n’est pas leur première apparition publique, par l’intensité des tableautins armés d’aiguilles de Cristine Guinamand et la petite boite de verre noirci à la bougie de Jean-Baptiste Calistru, fragile et discète évocations du corps.

 

La presse de Tunisie – 9 mai 2007- M’hamed Souisssi

A la galerie Itinérrance, à Paris De ce côté du miroir de Najah Zarbout

Dès l’entrée de la galerie Itinerrance, où s’est tenue jusqu’au 5 mai, l’exposition de Najah Zarbout intitulée « De ce côté du miroir », on est attiré par une foule d’objets et de tableaux aux techniques mixtes et représentant d’abondantes chevelures, des branchages, des yeux en guise de fleurs et toutes sortes d’animaux fabuleux, entre autres figures difficilement identifiables. L’intitulé de l’exposition se réfère au fameux conte de Lewis Carroll, De l’autre côté du miroir. On sait que Lewis Carroll (1832-1898) était un mathématicien-logicien, et que l’écriture de son œuvre principale lui a été inspirée par la rencontre d’un enfant, Alice Liddell, plus jeune que lui d’une vingtaine d’années. Or, « De l’autre côté du miroir » commence par la transcription d’une fin de partie d’échecs où l’unique pion blanc est nommé Alice. Cette pièce-personnage est promue reine au terme de son avance vers la huitième ligne de l’échiquier, lequel devient un jardin exploré, ce qui donne une clé pour interpréter ce conte. En effet, ce passage correspond à la transformation d’Alice en femme, fait que l’écrivain a eu à connaître après plusieurs années d’absence. Aussi peut-on dire que De l’autre côté du miroir poursuit l’exploration du monde déjà entreprise dans Alice au pays des merveilles, l’introduction de l’artifice du miroir y étant une des principales innovations. Revenons aux travaux présentés par Najah. Leur parcours fait apparaître que les imageries convenues, y compris celle du miroir, sont quasiment absentes, à l’exception d’une couronne enfouie dans une abondante chevelure ou d’une probable effigie d’Alice. Cependant, on remarque la prédominance des peintures au format carré, ainsi que celle des éléments évoquant le jardin. Donc, plutôt que d’illustration du conte de Lewis Carroll, il conviendrait de voir en ces travaux la manifestation d’une affinité avec le personnage d’Alice. Quoi qu’il en soit, il est possible que le côté du miroir dont il est question de ses travaux soit similaire à celui, plutôt vague, qui se trouve désigné par l’intitulé du conte de Lewis Carroll. Car ici, nous sommes dans un domaine où la confusion de l’emboitement à l’infini sont au fondement même du récit et de la représentation, comme l’a si bien noté Luis Borges à propos des Mille et Une Nuits, et des contes généralement, d’ailleurs. Najah procède dans ces travaux à une sorte de brouillage laissant une grande place au jeu avec les figures et les modalités de figurations, ce qui accentue le mystère et l’attrait de son approche. Najah, qui travaille sur ce thème depuis plusieurs années (La Presse du 27 avril 2005), a à son actif une bonne quinzaine d’expositions, notamment à Paris et à Montreux (en Suisse) et quelques-uns de ses travaux sont désormais présents dans quelques collections en Europe. Il semble, en outre, qu’avec cette exposition, elle se découvre une proximité avec le personnage de Nadja ‘de Breton) mais gageons qu’à la prochaine, elle continuera d’être Alice, pour nous transporter vers un autre côté du miroir, avec une peinture toujours aussi fraiche.

 

La presse de Tunisie – 27 avril 2005-

M’hamed Souisse A la Fondation de la Tunisie Sandouq Ajab, ou : Du côté de chez Swift

Sans savoir pourquoi, vous décidez de quitter la foule des humains. En fait, c’est ce cube haut de deux mètres qui vous attire. Vous faites le tour de la chose, vous y découvrez ce qui semble bien être une entrée, puis vous hésitez un peu mais finissez par y pénétrer, car il y fait noir et le silence y règne. Maintenant que vous y êtes, vous n’êtes plus tout à fait dans le noir, car quelque chose vous illumine légèrement depuis le plafond ; une chose que les humains nomment « œil » ; gigantesque, celui-là. L’œil vous examine. Alors, vous l’examinez aussi. Décidément, ce n’est pas un œil comme les autres. C’est un être qui sourit, qui gesticule, qui fait du bruit tant il semble excité, et qui cède parfois la place à son voisin, sans doute pour partager avec lui son étonnement de vous voir là. Alors vous souriez aussi, parce que vous avez compris que vous venez d’être transformé en lilliputien, et aussi parce que vous ressentez une nostalgie, celle de la foule des humains. Ce dont il vient d’être question est une vidéo-installation intitulée Champ de vision, présentée par Najah Zarbout au dernier Festival artistique organisé par la Mairie de Paris. Le thème de ce travail est proche de celui d’Alice au pays des merveilles, qui est au centre des recherches de la jeune plasticienne.

 

Rapport Annuel 2005 –cité internationale universitaire de Paris Témoin/

Wissem El Abed et Najah Zarbout Co-fondateur de l’Atelier de Recherche en Art Contemporain (A.R.A.C.)

>> Comment est né l’ARAC est dans quel but ? L’ARAC est une structure fondée par Wissem EL Abed, Najah Zarbout et Chiraz Mosbah en 2002 au sein de le Maison de la Tunisie alors que nous étions doctorants en Arts plastiques. L’activité de l’Atelier consiste d’abord à monter des expositions individuelles et collectives tout au long de l’année pour des jeunes chercheurs et des plasticiens souhaitant présenter leurs travaux. Outre les expositions (installation, photographie, peinture…), l’ARAC organise aussi des débats et des rencontres sur la création contemporaine avec des professeurs d’art ou des penseurs. Cette année, nous avons parlé des conditions d’émergence du minimal art avec Yannick Behin de Paris VIII ou de l’art contemporain tunisien avec le professeur Naceur Ben Cheikh. >> Quel regard portez-vous sur l’activité de la Maison de la Tunisie dans le domaine des arts plastiques en 2005 ? En 2005, nous avons intensifié notre collaboration avec l’université Paris I à travers la soutenance de thèse en Arts plastiques et sciences de l’Art d’une doctorante d’origine tunisienne, sous la direction de Nathalie Reymond. Ce Partenariat s’est aussi concrétisé par la tenue d’ »Agoras » trimestrielles au cours desquelles Michel Sicard fait le point avec des étudiants sur leurs productions artistiques et leurs recherches.