L’un et l’autre

.
.
quelques visages,… un seul ou plusieurs personnages, sur un fond récupéré en bois de caisse d’emballage, à peine peints en blanc et rehaussés par des points et des lignes en pyrogravure. Leurs présences se complètent, leurs regards également ce qui prête une certaine singularité à chacun d’eux. Le dessin était là, il ne fallait pas l’inventer ou l’imaginer. Il suffisait de le dégager parmi cet amas de textures, de traits, de contours et de lignes serpentines. Il suffisait de suivre ou de choisir un début et une fin à ses segments, de les marquer, de les rendre plus foncés, de les relier entre eux.