Tranchez-lui la tête

.
.
Dans cette vidéo, je me suis filmée en train de couper des cartes de jeux avec un massicot sur une table. La vidéo est en majeure partie en noir et blanc, excepté de très courts laps de temps durant lesquels la couleur surgit. C’est juste à ce moment-là, l’instant de coupe, que la couleur surgit puis disparait d’un coup. Les cartes coupées sont celles des Valets, Rois, Dames ou Reines, les figures du pouvoir dans le monde merveilleux d’Alice.
Il suffit de regarder le pouvoir avec un œil différent, autre que celui qu’il impose et à travers lequel il se dessine intouchable et invulnérable, et là il perdrait son ascendance psychologique et l’efficacité de ses outils de terreur.
Cette interprétation de la révolte d’Alice n’était pas sans rapport avec un point de vue critique, aussi, sur ce qui se passait sur la scène politique en Tunisie. Il était évident qu’une insurrection populaire éclatera avec la première étincelle qui survient, contre un régime qui a déraillé sans aucun espoir de revenir sur le droit chemin.